LES TEAMSTERS ET LEURS ALLIÉS SYNDICAUX PROPOSENT UN AVENIR FAVORABLE AUX TRAVAILLEURS POUR L’ALENA

(WASHINGTON) – De hauts dirigeants des Teamsters se sont joints à des membres du Congrès et des alliés syndicaux de partout en Amérique du Nord aujourd’hui pour présenter une voie de refonte de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), au moment même où les négociateurs se réunissent dans la capitale américaine pour discuter des modifications à apporter à l’accord commercial. 

Les Teamsters affirment que le nouvel accord nord-américain sur le libre-échange doit renforcer les droits fondamentaux des travailleurs

« Au Canada, les Teamsters – à l’instar de leurs confrères et consœurs américains – reconnaissent qu’une nouvelle version de l’ALENA doit renfermer un ambitieux nouveau chapitre sur la protection des droits des travailleurs qui pourrait servir de modèle pour de futurs accords commerciaux. »

Le président général des Teamsters, Jim Hoffa, et le président de Teamsters Canada, François Laporte, prenant la parole à un Sommet nord-américain sur le travail parrainé par L’AFL-CIO, ont convenu que les droits des travailleurs doivent être une priorité dans l’esprit de celles et ceux qui participent à la quatrième ronde de négociation d’une nouvelle mouture de l’ALENA. Ils ont affirmé qu’un nouvel accord doit renforcer les droits fondamentaux des travailleurs, augmenter les salaires et accroître le niveau de vie des familles ouvrières partout sur le continent.

Pour Hoffa, aux États-Unis, cela signifie de repousser les lois antisyndicales qui entravent le droit des travailleurs à négocier collectivement.

« Aux États-Unis, les Teamsters se mobilisent contre la multiplication des prétendues lois sur le “droit au travail” (right-to-work) dans les États, car ces lois minent le rapport de force des syndicats et exercent donc une pression à la baisse sur les salaires. Je félicite les Canadiens d’en faire un enjeu commercial. Nous sommes d’avis que ces lois incitent des employeurs à quitter les provinces canadiennes qui interdisent de telles pratiques. J’incite les négociateurs canadiens à défendre leur position progressiste et les négociateurs américains à prendre cet enjeu au sérieux. »

M. Laporte a renchéri en ajoutant ceci : « Au Canada, les Teamsters – à l’instar de leurs confrères et consœurs américains – reconnaissent qu’une nouvelle version de l’ALENA doit renfermer un ambitieux nouveau chapitre sur la protection des droits des travailleurs qui pourrait servir de modèle pour de futurs accords commerciaux. Nous accueillons favorablement le texte déposé par notre gouvernement, mais nous voulons mettre l’accent sur le fait suivant. Bien que les droits des travailleurs et les protections des Autochtones et des femmes dans le marché du travail soient très importants, la mise en application de ces droits et ces protections est fondamentale. Ça ne donnera rien de prévoir de nouveaux droits dans un nouvel ALENA si ces droits ne sont pas appuyés par des sanctions commerciales en cas de violations. »

Un chapitre consacré aux travailleurs dans la version 2.0 de l’ALENA est essentiel dans ce contexte. C’est pourquoi les Teamsters sont en pourparlers avec les Métallos, L’AFL-CIO et d’autres syndicats canadiens et mexicains pour assurer un aboutissement réussi de la renégociation de l’ALENA.

Les Teamsters représentent les intérêts de 125 000 membres au Canada dans tous les secteurs d’activité. La Fraternité internationale des Teamsters, à laquelle Teamsters Canada est affilié, compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

 

-30-

 

Renseignements :

 

Christopher Monette

Directeur des affaires publiques

Teamsters Canada

Cell: 514-226-6002

cmonette@teamsters.ca